Rencontre avec Jean-Marc Ferry et Dominique Méda

Rencontre avec Jean-Marc Ferry et Dominique Méda

29.07.2017

Été des 13 Dimanches

«L'allocation universelle : pour un revenu de citoyenneté», « Einstein avait raison: il faut réduire

Rencontre le 30 juillet à 15h00


« Le revenu universel n'est pas un gadget »

L'idée d'un Revenu Universel (RU) a connu, en France, son heure d'intérêt et même de succès, lors des primaires de la récente campagne présidentielle. Mais cette idée a ensuite enregistré une défaite politique, faute d'un étayage théorique convaincant. Le concept d'un revenu de base universel et inconditionnel n'était tout simplement pas parvenu - du moins, dans la communication politique - à une consistance satisfaisante. Il semble que les électeurs aient été désappointés par l'impression d'un recul sur les deux prédicats principaux, que sont l'universalité et l'inconditionnalité. On aurait finalement vu dans la promesse d'un « revenu pour tous » le spectre d'un « gros RSA » opaque dont la réalisation est problématique, et ce fut le désenchantement.

Jean-Marc Ferry  est professeur des universités, titulaire de la Chaire de philosophie de l'Europe à la Maison des Sciences de l'Homme de Nantes, docteur « honoris causa » de l'université de Lausanne, Jean-Marc Ferry est l'un des premiers intellectuels à avoir défendu, en France, le revenu universel. Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages et a reçu le Prix La Bruyère de l'Académie française pour l'ensemble de l'oeuvre (1995), la médaille d'or de l'Académie d'Agriculture et le prix Louis Marin de l'Académie des Sciences morales et politiques. Il est également le frère de l'ancien ministre et philosophe, Luc Ferry.


-



 « Einstein avait raison : il faut réduire le temps de travail »

Pour des millions de personnes, pas de travail du tout, ou pas assez pour en vivre. Pour des millions d'autres, trop de pression, des journées à rallonge... à n'en plus finir. Comment sortir de cette répartition inégalitaire et insupportable du travail ? Comment combattre ce chômage endémique qui ronge la dignité, le présent, l'avenir, l'espoir ? En facilitant les licenciements ? En assouplissant le Code du travail ? Non. Il existe une autre voie.
S'appuyant sur une analyse très documentée, Pierre Larrouturou et Dominique Méda tournent le dos à ces perspectives régressives pour en proposer une autre : provoquer un choc de solidarité en passant à la semaine de 4 jours. Ils montrent comment cette mesure est capable de créer massivement des emplois sans coût supplémentaire pour les entreprises qui s'engageraient dans cette voie. La seule qui soit en phase avec ce qu'Albert Einstein prédisait dès les années 1930.
Et si Einstein avait raison ?

Dominique Méda, agrégée de philosophie, ancienne élève de l'École Normale Supérieure et de l'École Nationale d'administration est professeure de sociologie à l'Université Paris Dauphine et chercheuse associée au Centre d'études de l'emploi. Elle est également titulaire de la chaire « Reconversion écologique, travail, emploi, politiques sociales » au Collège d'études mondiales.