Vladimir Fedorovski et Jean-René Le Quéau

Vladimir Fedorovski et Jean-René Le Quéau

12.08.2018

Été des 13 Dimanches

« Morlaix-Moscou et retour »

La chronique de Moscou est emplie de grandeur et de sang, de complots, de folies et de mystères. Dans ce livre riche en révélations, Vladimir Fedorovski nous dévoile les coulisses du Kremlin, de la fin du stalinisme aux années Poutine. Acteur et observateur privilégié des événements qui ont entraîné la fin du communisme, sa longue familiarité avec les arcanes politiques lui a permis de recueillir des témoignages inédits et de se plonger dans des archives confidentielles. C'est ainsi qu'il nous conte aussi bien l'histoire de l'espionnage russe, en Occident, avec ses épisodes parfois comiques, que les secrets du pouvoir suprême où certains accédaient à la gloire, tandis que d'autres finissaient en exil ou en prison.
Vladimir Fedorovski retrace ici une épopée hors du commun où la réalité dépasse souvent la fiction, avec certains souvenirs personnels qui font parfois songer à Game of Thrones. Enfin, à la lumière de l'élection présidentielle de 2018, l'auteur nous éclaire sur la guerre de succession autour de Vladimir Poutine.

Vladimir Fedorovski, Au coeur du Kremlin, des tsars rouges à Poutine, Stock, 2018

Vladimir Fedorovski est un écrivain et ancien diplomate russe. Il a été conseiller diplomatique pendant la période de la glasnost. Partisan de Gorbatchev, il est porte-parole du Mouvement des réformes démocratiques pendant le putsch de Moscou d'août 1991, s'opposant à la ligne « dure » du Parti communiste.
Devenu écrivain, il enseigne à HEC depuis 1992, a été fait officier des Arts et des Lettres et a obtenu la nationalité française en 1995.  Récipiendaire de plusieurs prix littéraires, il a dernièrement publié Au coeur du Kremlin, des tsars rouges à Poutine (Stock, 2018).


Après 30 mois de front, le Poilu Jacques Le Cann s'embarque avec la Mission militaire française, pour la Russie ; son rôle : participer à l'instruction des artilleurs russes, en vertu d'un accord signé entre Nicolas II et la France, en 1916.
Seulement, voilà ! Quand il arrive à Moscou en mai 1917, le tsar vient d'être détrôné, la Révolution est en cours, l'homme fort est maintenant Kerenski, soutenu par les Socialistes-Révolutionnaires ; en Octobre / Novembre, les bolcheviks, conduits par Lénine et Trotski prennent le pouvoir à Petrograd et Moscou.
Le soldat Le Cann, tout en remplissant sa mission, a l'excellente idée de noter sur un carnet jusqu'en mars 1918, presqu'au jour le jour -et en breton !- tous les faits auxquels il assiste : les menus incidents comme les événements essentiels qui détermineront l'Histoire de la Russie jusqu'à nos jours.
Un document exceptionnel sur une époque cruciale et sur un homme, curieux de tout, fidèle aux valeurs de son milieu, parfois acteur, souvent témoin, mais surtout juge de la Révolution russe.

Jean-René Le Quéau, Un breton chez les Bolcheviks. Le carnet de Jacques Le Cann, Editions Skol Vreizh, 1991

Jean-René Le Quéau est professeur d?histoire et de géographie et directeur de Skol Vreizh, maison d'édition lié au mouvement Ar Falz, fondé par Yann Sohier, qui a édité près de 250 titres.