Elles écrivent en Bretagne : Pascale Breton et Marie Sizun

Elles écrivent en Bretagne : Pascale Breton et Marie Sizun

05.08.2017

Évènement

Elles écrivent en Bretagne : Pascale Breton et Marie Sizun

Elles écrivent en Bretagne

Rencontre avec Marie Sizun et Pascale Breton à 15 heures


Comment une terre, son histoire et ses paysages forment-ils un imaginaire, inspirant l'écrivain, l'artiste ?
De l?écrit à l?image, Marie Sizun, prix Bretagne 2017, et Pascale Breton,  scénariste et réalisatrice, reviendront sur cet attachement, humain et littéraire, à leur Bretagne et son influence sur leur ?uvre. Toutes deux en appellent à une mémoire collective bretonne, aussi profondément inscrite dans un territoire qu'inlassablement universelle.


« La Gouvernante suédoise »

Dans ce récit maîtrisé et romanesque, Marie Sizun brosse le portrait tout en nuances de ses ancêtres franco-suédois, s'approchant au plus près du mystère qui les entoure. C'est bien une histoire d'amour et de mort qui va suivre la réussite fulgurante d'une famille, la sienne, trois générations plus tôt. Renouant les fils rompus, interrogeant sans cesse un passé occulté, redonnant vie aux disparus par son talent de romancière, Marie Sizun éclaire avec tendresse et pudeur les secrets de ces étonnants personnages.

Marie Sizun est née en 1940. Elle a été professeur de lettres en France puis en Allemagne et en Belgique. Elle vit à Paris depuis 2001 mais revient régulièrement en Bretagne où elle aime écrire.

En 2008 elle a reçu le grand Prix littéraire des Lectrices de ELLE, et celui du Télégramme, pour La Femme de l'Allemand ; en 2013 le Prix des Bibliothèques pour Tous ainsi que le Prix Exbrayat, pour Un léger déplacement ; en 2017 le Prix Bretagne pour La Gouvernante suédoise.

 

« Suite Armoricaine »

"les personnages se réinventent au contact de la mémoire collective bretonne, qui dévoile ses multiples visages. L'émotion s'invite tout au long de cette hypnotique odyssée sensorielle. " Damien Leblanc, Première

Née à Morlaix, d'abord scénariste pour la télévision et le cinéma, Pascale Breton réalise à Paris ses deux premiers films, des moyen-métrages, dont le premier, La Huitième nuit, est notamment distingué du Grand Prix au Festival de Clermont-Ferrand en 1996. En 1999 elle revient vivre en Bretagne et réalise à Lorient Les Filles du douze, nominé au César du court-métrage, puis en 2003 le long-métrage Illumination,  primé dans de nombreux festivals à l'étranger. Son dernier opus, Suite Armoricaine, tourné en immersion dans l'Université de Rennes 2, est acclamé par la critique.