Rencontre avec François de Beaulieu et Jean-Louis Coatrieux

Rencontre avec François de Beaulieu et Jean-Louis Coatrieux

13.08.2017

Été des 13 Dimanches

« Vacances en Bretagne, 1815 -1965 », « Alejo Carpentier, de la Bretagne à Cuba »

Rencontre le 13 août à 15:00

« Alejo Carpentier, de la Bretagne à Cuba »

Voyages et rencontres seront au cœur de cette intervention autour de deux livres. « Qui de nous deux sera l’autre ? » raconte l’histoire de jumeaux se disputant les clés du monde. Le premier en rêve par la littérature, le second ne jure que de son contraire. L’un emporté par ses voyages, l’autre les vivant de loin à travers lui. Avec eux, un continent déchiré du Nord au Sud des Amériques. Ils croisent ainsi Pablo Neruda, les voix de Mercédès Sosa et Violetta Parra, mais aussi de grandes figures des sciences, Yves Meyer, Georges Charpak, Claude Cohen-Tannoudji.  Ces allers et retours dans le monde, qu’ils soient réels ou imaginaires, les ramènent toujours dans ces terres bretonnes de l’intérieur. Ils prétendent même, dans « Alejo Carpentier. De la Bretagne à Cuba », l’y ramener lui aussi. Journaliste, chroniqueur de radio, musicologue et surtout écrivain récipiendaire de prix renommés (Cino del Duca, Cervantes, Médicis étranger), probable prix Nobel de littérature si la mort ne l’avait pas emporté trop tôt, Alejo Carpentier a toujours revendiqué son ascendance bretonne. Lui, le Cubain, serait-il alors vraiment breton ?


Jean-Louis Coatrieux est directeur de recherche à l’Inserm et écrivain. Comme chercheur, il a participé à presque toutes les aventures liées à l’exploration du corps humain et qui ont vu naître entre autres le scanner à rayons X et la résonance magnétique, l’imagerie 3D et la robotique médicale. Ses travaux ont fait l’objet de plusieurs centaines d’articles dans les plus prestigieuses revues internationales et lui ont valu de nombreux prix. Comme écrivain, il est l’auteur d’une quinzaine de livres allant de romans (« Là où la rivière se repose ») à la poésie (« L’intérieur des terres », « Tango-Monde » avec et sur des peintures de Mariano Otero), tous parus à La Part Commune, mais aussi de récits et de nouvelles (« Appelons-la Marie » et « Quand le corps fait défaut », éditions Riveneuve, « Xiaoling. Nouvelles de Chine », éditions Apogée, « La vie à chercher », éditions La Part Commune) ou encore d’essais collectifs (« Secoue-toi Bretagne », éditions Apogée). Il est membre du comité de rédaction de la revue « Hopala ! La Bretagne au monde »

 

« Vacances en Bretagne, 1815 -1965 »

« Les vacances sont, pour tous, une parenthèse enchantée, un voyage hors du temps, du quotidien. Depuis le début du XIXe siècle, la Bretagne a attiré les voyageurs, par sa singularité et son pittoresque, ses richesses naturelles. »

C’est un livre d’histoire sociale mais aussi un grand album de souvenirs offrant à chacun les clés de la maison de vacances qu’il porte en lui.

Il nous invite à regarder les vieux maillots mélangés aux robes de soirée dans les tiroirs de la commode, à feuilleter l’album des cartes postales jamais envoyées, à ouvrir la boîte en fer où les photographies jaunies ont remplacé les biscuits, à pousser les volets pour entendre les cris des enfants portés par le vent avec l’odeur des algues.

Illustré de 255 photographies et dessins dont plus de la moitié sont inédits, ce livre raconte 150 ans de vacances en Bretagne.

 

François de Beaulieu est né en 1947 et vit, aujourd’hui, à Morlaix. Cherchant à mieux comprendre le monde pour le transformer, il a fait des études de lettres, d’histoire et d’ethnologie ; ce qui l’a mené à enseigner la littérature et la sociologie du collège à l’Université.

 

Depuis 1967, il a publié une soixantaine de livres et plusieurs centaines d’articles sur le patrimoine naturel et culturel de la Bretagne. Il est également engagé dans la protection de la nature et spécialement des landes bretonnes. En 2017, il publie chez Skol Vreizh, « Vacances en Bretagne, 1815 – 1965 ».