Hommage à Zuka

Hommage à Zuka

du 25 Décembre au 2 Janvier 2017

Galerie Matignon

Ses fils, Roland et François, ses petits fils, Georges, Timothy, Alexis, Adam et Daniel et la galerie Françoise Livinec ont l'immense tristesse de vous faire part du décès de Zuka, survenu le dimanche 18 décembre, à l'âge de 92 ans.


« Zuka, in her impressive series, contemporary in spirit, exciting in its formal inventiveness, continues and expands upon this great tradition. »


 Linda Nochlin, Historienne de l'Art à Yale University
Zuka, Editions Françoise Livinec


 Ne se revendiquer d'aucun héritage mais? Braque, Picasso, Matisse. Etre dans le sillage de leurs techniques et, peut-être, en assurer la postérité. Coller, papier-coller. Peinture à l'huile. L'extrémité du pinceau pincée entre le pouce et l'index. Une correspondance ? Zuka a des choses à dire. Couleurs audacieuses, exubérance décorative, expressivité des personnages. Décliner son originalité, sa fantaisie, dans des séries : collages amérindiens, portraits de la Révolution Française, vaches, oiseaux, fraises, etc. La peintre américaine, mariée à un Français (le dessinateur Tim), d'origine russe (de son vrai nom Zenaida Gourievna Booyakovitch) a le souci du détail et de la simplification du dessin. Les animaux sont humanisés, s'inscrivant dans une démarche presque animiste. Elle dessine avec des ciseaux ses collages sans travail préalable, comme le faisait Matisse à la fin de sa vie. Rappelant le fauvisme, par l'utilisation de couleurs éclatantes et la simplification des formes, elle transmet avant tout une peinture pleine de vie, de mouvement et de joie.


Zuka est née à Los Angeles en 1924. Dès l'âge de 18 ans, elle s'inscrit dans la course des avant-gardes américaines, est exposée chez Estella Katzenellenbogen et se lie d'amitié avec Joan Mitchell. Elle arrive en France à la fin des années 40, « pour gagner en culture » et étudie à l'Académie de la Grande-Chaumière.


Exposée aux Etats-Unis, elle sera représentée à Paris, entre 1970 et 2007, par la galerie Darthea Speyer. En 1989, à l'occasion du bicentenaire, la fondation Mona Bismarck organise la grande exposition, Zuka : la Révolution Française, un regard américain.


Après la fermeture de la galerie Darthea Speyer, la galerie Françoise Livinec représente Zuka.En 2010, pour l'exposition « 100 ans de couleurs » à l'Ecole des filles., une monographie est publiée par les Editions Françoise Livinec, avec un texte Linda Nochlin, historienne de l'Art à Yale University. En 2015, la galerie Françoise Livinec présente une importante rétrospective dans ses deux espaces parisiens.


Plusieurs de ses oeuvres historiques appartiennent aujourd'hui aux collections de la Banque Lambert à Bruxelles, du Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, du Fonds National d'Art contemporain ou encore du Twentieth Century Fund à New York.


Les oeuvres de Zuka sont exposées au Musée Lambinet, à Versailles, jusqu'au 19 février 2017.